CONFIANCE ET COMPÉTENCES : LES COMPOSANTES MAJEURES DU TALENT | DAREto

CONFIANCE ET COMPÉTENCES : LES COMPOSANTES MAJEURES DU TALENT

CONFIANCE ET COMPÉTENCES : LES COMPOSANTES MAJEURES DU TALENT

« Qui ne tente rien, n’a rien » Ce célèbre proverbe français semble avoir été taillé pour le monde du travail. Aux côtés de la compétence pure, la confiance est un vecteur fondamental de l’ascension professionnelle. De ce point de vue, il existe d’énormes disparités entre les sexes.

Surplus de confiance chez les hommes

Il n’est question ni d’orgueil, ni d’arrogance. La plupart des hommes tendent à surestimer leurs capacités de façon totalement inconsciente. Ils s’attribuent des compétences qu’ils n’ont pas forcément et cette confiance n’est souvent pas le fait de leur propre volonté. On parle d’excédent de confiance honnête, probable héritage de l’éducation. Dans un environnement où la confiance importe autant que la compétence, la surestimation de soi peut nous emmener loin. Ainsi, la valeur d’un(e) employé(e) ne se mesure pas qu’à ses qualifications brutes, mais également à sa confiance : être assertif et avoir l’air assuré contribuent fortement à l’ascension professionnelle. Cet atout, les hommes en profitent inconsciemment à travers la prise de risque, plus spontanée et plus présente chez eux que chez leurs homologues féminins.

Femme cherche confiance

Pour beaucoup de femmes, le manque de confiance est une pierre d’achoppement supplémentaire à l’avancée de leur carrière. Les femmes commettent fréquemment la faute de ressasser à outrance les erreurs passées. La notion de regret est bien plus présente que chez les hommes, qui se laissent moins facilement décontenancer par un échec. Ce phénomène semble avoir des origines physiques que nous pouvons contrôler grâce à la prise de conscience et la formation. Entreprendre et oser font partie des piliers de la réussite. L’échec est une composante inévitable de la prise de risque et de l’entreprise. Il ne faut pas en avoir peur car c’est des erreurs qu’on tire le plus d’enseignements. Bruno Martinaud, directeur du Master Entrepreneuriat à Polytechnique plaide en faveur de la création et de la prise d’initiative. « J’ai passé ma vie à lancer des choses qui n’ont pas marché, et de temps en temps, certaines ont fonctionné », commente-t-il dans Challenges. De son côté, Jack Welch, ancien P-DG de General Electric précise que « Punir l’échec est le meilleur moyen pour que personne n’ose ». Le danger, c’est de s’influer cette punition soi-même.

Quotation-Stephen-Richards-confidence-motivational-self-confidence-empowerment-self-help-Meetville-Quotes-140639

Qui sème la confiance récolte la confiance

« Une personne confiante, qui se croit compétente dans un domaine, indépendamment de ses capacités réelles diffusera son assurance par voie tant verbale que non verbale », confie Cameron Anderson, de l’Université de Californie à Santa Barbara. Un ton serein et une attitude posée sont des éléments qui favorisent la progression au sein de l’entreprise. Anderson affirme même que « le niveau de compétence est relativement impertinent » : le manque de qualifications n’a pas forcément de conséquences négatives sur la qualité du travail.

confiance + compétence = talent

L’équation est simple et vous en avez déjà résolu 50% en décrochant un diplôme. La confiance en soi ne s’apprend pas sur les bancs de l’école, elle s’acquiert. Mais il est possible de la stimuler en osant entreprendre, en apprenant à valoriser son travail et en acceptant l’échec.

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.